jeudi, janvier 10, 2008

كارفور: مرحبا بكم في عالم الإستهلاكية


لا أدري إذا تسائلتم يوما ما عن مقصد حال البشرية عموما و نمط عيشها في الحاضر و في المُستقبل و عن تقليد هذا النمط في تونس

أعني أن النظام الرأس مالي المُركٌز على الإستهلاك المُفرط للموارد و المواد - الغير لازمة أحيانا - هل سيتواصل أم سيأتي يوم و يتحطم (مثل النظام الشيوعي) ؟ هل نحن كبشر و كتونسيون، في مقدورنا أن ننظُر نظرة نقدية لهذا النظام أم سنعيش و نتأثر دون أي ردفعل - ولو فلسفي - للإستهلاكية كما هو الحال الآن؟

لماذا هذه الأسئلة ؟ و لماذا الآن ؟
لا شك أن نمط عيش الدول النامية مثل تونس يتحسن ، و لا شك أن رغبت التونسيين في الإستهلاك تتزايد و هذا تحت تأثير الإشهار و الصورة التي يُعطيها الغرب لنا يوم بعد يوم التي حسب رأئي خاطئة
نحن الآن في مفترق طرقات ، إذ لا شك أن تنميتنا تتبع تنمية البلدان الصناعية لكن هل هذا هو الطريق الصحيح ؟ أليس تقليد الدول الصناعية دون نظرة نقدية أو حوار داخلي لن يؤدي إلى هدم ما تبقى من خصوصياتنا ؟

لا أعني أن التنمية ليست لازمة بل التنمية بهذه الطريقة هل هي التنمية الأجدر ؟
المثال السهل نوعا ما هو كارفور: أي في طريقة إستهلاكنا
ففي الماضي (القريب) كنا نتسوق من سوق الخضر : نستعمل القفة، نذهب على القدمين و نوفر العمل لمجموعة لا بأس لها من مختلف العمال بسعر مُناسب لما نقتنيه

و الآن: نستعمل السيارة ، نشتري الحليب في عُلب، نأخذ أشياء مُستردة و نرجع بعشرات الأكياس البلاستكية إلى البيت مُهددين عمل عُمال الأسواق بالإنقراض
و سيأتي يوم حيث سنعي أن هذا النمط من اللإستهلاك يُسبب التلوث، البطالة دون تحريك الإقتصاد الوطني و سنأخذ إذن التدابير العاجلة لتصليح الخطأ


فلماذا لا نبدأ الآن ؟





Libellés :

10 commentaires:

À 1/10/2008 12:13:00 PM , Blogger trainspotting a dit...

Je ne pense pas comme tu dis que notre vie s'est améliorée , elle ne s'est améliroée qu'en façade en réalité notre pouvoir d'achat se détériore de jours en jours et nous achetons à crédit l'illusion d'être riche et d'avoir une bonne vie de qualité.
Nous n'avons pas eu notre retour vers les valeurs de 68 comme l'Europe, pour la simple raison que nous n'avons pas eu de vrai 68 (à bas la consommation , vive la nature , et peace & love) et qu'à la même époque la moitié du pays était encore analphabète. Pour que nous les ayons il faudrait commencer à la base par l'éducation des enfants et des jeunes à ces valeurs là et pour cela il faudrait que ceux ci admirent le prof et non pas l'argent comme c'est le cas maintenant. et qu'il y ait des profs à admirer.
Il faudrait qu'il y ait un vrai divorce entre le tunisien moyen et l'opinion d'autrui qui est le moteur de notre société de nos jours(alors que ça devrait être la compassion, le volentarisme)
Ce que tu as dis à la fin me rappelle un peu ce que
disaient nos ancêtres les gaulois aux 19ème siècle en voyant débarquer les premières voitures "c'est bruyant ça sent mauvais, c'est trop rapide (ca faisait du 30km/h)il n'y a plus de plaisir à regarder le paysage"
La voiture a été la cause du chômage de nombre de palfreniers et de cochers, (qui s'en souvient ?) et de la croissance de la pollution dans toutes les villes du monde. Tout en le sachant , pourrions nous nous en passer?
(Je ne dis pas qu'il faut arrêter de s'approvisionner du marché du coin, je le fais moi même

 
À 1/10/2008 01:55:00 PM , Blogger أنيس a dit...

Je ne pense pas que la modernité soit négative en soit, mais je pense qu'on n'a pas de sens critique face à certains modes de vie, certaines habitudes de consommation alors que cette réflexion existe en Occident!

Je croit qu'on voit le mode de vie à l'occidentale d'une façon trop superficielle alors qu'on devrait se poser des questions sur les "effets de bords"

Je ne croit pas à la révolution (style 68) mais plus à une évolution des mentalités et au sens critique

C'est pour cela que se développe par ex la notion de "developpement durable" et de "consommation équitable" il s'agit d'une optimisation du mode de vie
et une réflexion (et une action!)
contre une consommation éfrenée et aveugle

 
À 1/14/2008 11:35:00 AM , Blogger trainspotting a dit...

Moi aussi je ne crois pas à la révolution de 68 mais elle a servit de préparation et de base au renouveau des idées altermondialistes et écologiques. Cette base nous ne l'avons pas. Quitte à imiter , j'aurai préféré que nous imitions totalement l'occident , or nous n'avons imité que la facilité: la consommation ,en laissant de^côté le développement durable , la créativité, l'engagement , l'autocritique, l'envie d'entreprendre.

 
À 1/15/2008 10:43:00 AM , Blogger أنيس a dit...

Faut-il une révolution de style de 68 pour que les gens commencent à réfléchir ?

je ne le pense pas, je pense qu'il faut avoir un sens critique éguisé et un certain recul et certainement une discussion publique/bloguosphérique sur ces thèmes

Je crois plutot que c'est un problème d'éducation: lorsqu'on est omnubilé par l'occident (que ce soit des intellectuels ou la population) il est plutot difficile de trouver des arguments et de proposer des alternatives

Je crois que ceux qui vivent/ont vécu à l'étranger vu qu'ils ont pu comparer les modes de vies, peuvent avoir ce recul,

Le problème est évidement de pouvoir comparer, c'est pour cela que si les tunisiens avaient une meilleure occasion de voyager ils verraient la "vraie vie" en Occident et non pas uniquement MTV :-)

 
À 1/15/2008 11:21:00 AM , Blogger trainspotting a dit...

Je pense aussi que c'est un problème d'éducation, mais quelle éducation quand on voit que les parents eux mêmes sont parfaitement gagnés à la cause du consumérisme (eux non plus n'ont pas de background peace and love) et poussent leurs enfants à gagner du fric pour avoir leur retour sur investissement avec le crédo la fin justifie les moyens. Quand on voit "le haut niveau" des profs aujourd'hui qui n'arrivent pas à accomplir leur rôle d'éducation académique , ne parlons pas de l'éducation tout court. Quand on voit le peu de crédit que donnent les jeunes aux communications institutionnelles sur l'environnement par ex ou sur la conduite routière. Qui donc va s'occuper de cette éducation

Je ne pense pas que la faute en revient à l'idéalisation de l'occident , c'est la transformation de cette idéalisation en actes qui fait défaut. Après tout au sortir de la 2ème guerre mondiale , les japonais se sont mis à idéaliser les USA, mais eux ne se sont pas contentés d'idéaliser et ne se sont pas contentés de consommer. Ils se sont blâmés eux même de leur défaite, l'opinion générale à ce moment là était , nous avons perdu parce que nous n'avons pas assez soutenu notre pays au moment où il le fallait le plus.
L'esprit de groupe s'est resoudé.Ils ont alors retroussé leurs manches et ont commencé à imiter les produits américains , à imiter leurs méthodes , jusqu'à finir par créer eux mêmes leurs méthodes pour faire encore mieux que les américains.
Et nous qu'avons nous fait?
Notre esprit s'est engourdi parce que nous nous sommes habitué au fait que étudier comme un acharné ne veut pas dire qu'on obtiendra un bon boulot , que travailler tous les WE ne veut pas dire qu'on aura une belle carrière , qu'être quelqu'un de bien n'est plus payant , on s'est habitué à voir de parfaits imbéciles et ignorants réussir à obtenir en un tour de main ce que nous ne réussirons jamais à obtenir, voilà pourquoi nous avons baissé les bras. Voilà pourquoi nous idéalisons l'occident. Les USA ont pour crédo que n'importe qui peut réussir dans la vie et devenir millionaire s'il a le mental qu'il faut et s'il retrousse ses manches et bosse comme un forcené . Même si dans la réalité ce n'est pas aussi automatique , et que la misère fait aussi rage aux USA et en Europe. Le mot "tu peux " a encore un peu de sens là bas , ici nous avons perdu espoir qu'il en ait.

 
À 1/15/2008 11:56:00 AM , Blogger trainspotting a dit...

un deuxième point , c'est qu'on contrepartie de cette idéalisation de l'occident , il y a une idéalisation du passé :"nous étions les meilleurs alors que l'occident était encore dans les cavernes" et tant qu'il n'en pas la clé de ce trésor, ou une machine à remonter le temps, ils continueront à consommer à crédit pour croire avoir réussi leur vie, ils achètent l'illusion de la réussite parce qu'ils ne croient plus avoir "le pouvoir " de la réaliser par la force de leurs bras et de leur cerveau.
La 2ème option est encore pire , pour avoir l'illusion de réussir ils remontent réellement dans le temps et deviennent salafistes.
Le problème est que nous faisons partie de la génération du "ni, ni", nous n'avons pas le courage de créer le monde qui nous convient par peur de l'autre (il peut me trahir , et même si nous réalisons cette société qui dit qu'elle correspondra réellement à mon idéal , vaut mieux se contenter de ce qu'on a, pourquoi est ce que je me sacrifierai pour des inconnus qui s'en foutent du moment que je peux envore acheter ma baguette même à crédit ) et en même temps nos rêves nous poussent à ne pas nous contenter de ce que nous avons, conclusion si nous ne realisons pas le bonheur et le développement, nous allons consommer ces signes de développement jusqu'à satiété, l'habit fait le moine. Et si nous avons les signes du bonheur et du développement c'est que nous l'avons, de fait.
Mais tout cela n'est qu'une illusion nous commençons à nous en rendre compte , et c'est de là que vient notre mal-être, nous sommes dans une toile d'araignée que nous avons nous mêmes tissés et nous n'arrivons plus à trouver la sortie, idéalistes et paresseux nous croyons au trésor caché sous la terre , au messie et au chevalier sur son destrier blanc qui va nous apporter la solution. Et les mots fusent "il faut un retour vers nos valeurs islamiques" "il faut l'union arabe" "il nous faut l'union du maghreb c'est la solution à nos problèmes" , etc.
Je ne dis pas qu'il n'en faut pas. une union de pays stables qui arrivent à s'entendre sur un cadre juridique et économique poriftable à tous ne peut être que bénéfique devant les mastodentes qui vont bientôt former le monde.
Mais si nous n'arrivons pas à règler nos problèmes à développer un système qui fonctionne et qui garantit justice, et espoir de réussite à tous , nous n'aurons pas confiance en notre propre valeur, nous serons encore perdus sans savoir qui nous sommes et où nous voulons aller. Sans la réponse à ces questions primordiales , toute construction qu'on voudra réaliser s'effondrera illico car elle n'aura pas de fondations.

 
À 1/16/2008 09:42:00 AM , Blogger أنيس a dit...

Entièrement d'accord avec toi, sauf que cela commence au niveau individuel et par la cellule familiale

De même que débattre de ces problématiques à l'école n'est pas si impossible que ça

Maintenant si le débat commence sur la blogosphère ce n'est pas un mal non plus ;-)

Cela peut paraître utopiste ou naïf mais ce que je voudrais c'est que l'on écrive nous même notre histoire de développement et certainement non pas en faisant un copier-coller d'autres modèles

 
À 1/16/2008 12:15:00 PM , Blogger trainspotting a dit...

L'histoire du développement arabe s'est faite en copiant sur les écrits grecs, celles des occidentaux sur les arabes, celle des japonais et des chinois sur les occidentaux. Ce qui n'empêche pas toutes ces civillisations d'avoir apporté leurs touche personnelle et d'être à présent connues pour leur propre inventivité et non pas pour le copiage, si ça peut rassurer ton égo.

L'état des valeurs de la nouvelle génération me pousse à croire que le développement individuel et au niveau des famille est quelque peu en panne. La preuve les parents qui vont se plaindre aux administrations que le prof de leur gosse ne lui donne pas assez de bonnes notes.
Quant au débat dans les écoles : dans des écoles où on voit tout d'un coup un élève se lever et partir en plein milieu des cours sous prétexte qu'il doit faire sa prière
où pendant une leçon ou un prof donnait comme exemple "les temps modernes de chaplin pour débattre sur le travail à la chaine et la modernité il entend un élève lui répondre "chaplin c'est un juif" dans des écoles ou les profs ne vont plus voir les spectacles culturels et ne lisent plus de bouquins leur préférant les matchs de foot. Dans des écoles où les profs hommes ne serrent plus la main à leurs collègues femmes pour leur souhaiter un bon aid. J'ai des doutes sur la qualité du débat.

 
À 1/16/2008 02:10:00 PM , Blogger أنيس a dit...

Mais doit-on baisser les bras face à la médiocrité de certains
?

Si la majorité est analphabète,
doit-on arrêter de lire ?
Il faut énormément de temps pour que les choses bougent, mais les gens qui peuvent faire bouger les
choses ne devraient-ils pas
initier cette réfléxion à défaut de débat public ?

Maintenant je pense que nous même pouvons faire évoluer les choses
rien qu'en en débatant
ici

 
À 1/16/2008 06:37:00 PM , Anonymous trainspotting a dit...

encore faut-il trouver avec qui débattre. Je ne peux aps oublier qu'avant dé découvrir les forums tunisiens et la blogosphère, j'étais en pleine disette , l'abstinence "discutionelle" 12 mois sur 12 sauf que je voyais mes parents. Et tout ça pourquoi? parce que mon entourage amis collègues ... n'aimaient pas débattre tout bêtement. Voilà le drame l'amour de la discussion ça se développe , si on n'apprend pas à l'aimer dés son jeune âge y'a des chances pour que ça meurt dans l'oeuf. Mais bon je vais arrêter ce discours pessimiste parce que moi même j'y crois pas trop. Ceux qui voudrons discuter marhaba et ceux qui ne le veulent pas et ben tant pis pour eux, drapons nous dans la dignité des minoritaires et consituons la nouvelle caste/ aristocratie des marginaux modérés. Ca nous donnera peut être l'assurance d'être moins seuls et d'avoir le droit d'exister :)

 

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil